Spectacle impressionnant : quand les grues cendrées traversent le ciel de l’Yonne !

Spectacle impressionnant : quand les grues cendrées traversent le ciel de l’Yonne !

novembre 16, 2019 0 Par Alain784

Des milliers d’oiseaux sui volent en V, un spectacle impressionnant…

Comme chaque automne, des centaines de milliers de grues cendrées migrent vers le sud-ouest de la France. Survolant le ciel de l’Yonne depuis maintenant la mi-octobre, près de 200 000 de ces oiseaux traversaient le département formant plusieurs V.

En tant qu’espèce grégaire, c’est-à-dire qui vit en groupe, les grues cendrées volent ensemble durant cette période de migration. Ils choisissent cette formation en V pour un intérêt aérodynamique. En effet, l’oiseau se trouvant à l’arrière va pouvoir profiter de l’aspiration. Un peu comme durant le Tour de France : ils se relaient, s’organisent et s’entraident pour arriver plus facilement et rapidement à destination. Un vol coordonné des plus fascinants…

A la recherche de plus de nourritures

Si beaucoup d’oiseaux migrent vers le sud pour passer l’hiver dans des régions plus chaudes, la grue quitte son site de nidification afin de profiter de meilleures ressources alimentaires. Ces magnifiques oiseaux suivent à peu près le même itinéraire chaque année en automne :

En provenance de Champagne, les grues cendrées survolent l’Yonne, Nièvre, puis le Limousin et Aquitaine. Là certains préfèreront arrêter leur périple, tandis que d’autres poursuivront leur voyage dans les Pyrénées jusqu’en Espagne où le soleil est encore au rendez-vous en hiver.

Pourquoi certaines grues semblent perdues en cours de route ?

Des grues en migration

Parfois, lorsqu’on observe les phénomènes de migration, notamment au-dessus de grandes villes, on remarque que des grues ne progressent plus en V. Certains tournent en rond, virevoltent, semblent tout simplement égaré… A dire vrai, c’est juste une impression, mais ces braves oiseaux savent très bien ce qu’ils font !

En effet, les grues sont loin d’avoir perdu leur chemin. Mais en passant au-dessus des villes ou des maisons, elles profitent de la chaleur dégagée par les colonnes d’air chaud de ces endroits pour reprendre de l’altitude sans besoin de faire plus d’effort…

Les activités humaines gênent-elles la migration des grues ?

Dans l’Yonne, les éoliennes sont très présentes et beaucoup se demandent si ces installations humaines risquent de perturber la migration de ces oiseaux. Mais François Bouzendorf, chargé de mission à la Ligue de protection des oiseaux (LPO) de l’Yonne, se veut rassurant en affirmant qu’aucune grue morte n’a encore jamais été trouvée au pied d’une éolienne, car, « la plupart du temps, elles volent plus haut que les éoliennes ».

Cette année, les premiers survols de grues cendrées se sont passés plus tard dans l’année. Mais beaucoup reste à venir si vous voulez, vous aussi, observer ces magnifiques oiseaux voler par centaines dans le ciel ! « À ce jour, nous avons déjà observé une belle journée de migration dans l’Yonne, le 31 octobre. Mais le plus gros du passage reste à venir… » souligne François Bouzendorf.