Cueillette des champignons dans l’Yonne : tout ce qu’il faut connaître avant de se lancer !

Cueillette des champignons dans l’Yonne : tout ce qu’il faut connaître avant de se lancer !

novembre 16, 2019 0 Par Alain784

e lancer !

Avec le retour de la pluie, les champignons repoussent de plus belle dans nos bois et nos forêts. Les familles sont alors tentées de partir à la cueillette pour se régaler de cèpes, girolles et bolets bien frais. Mais avant de se lancer dans ce projet, il est important de connaître les bons conseils et astuces pour ne pas tomber sur des champignons vénéneux, voire mortels !

Quand l’Anses et la DGS tirent la sonnette d’alarme

De juillet à octobre, près de 493 cas d’intoxication ont été enregistrés par les centres antipoison à travers la France. Face à l’augmentation du nombre d’incident lié à la consommation de champignons vénéneux, l’Agence nationale de sécurité sanitaire et la Direction générale de la santé exhortent les amateurs de cèpes, girolles et bolets à faire preuve de prudence durant la cueillette.

Dans l’Yonne, il existe environ 1 milliers d’espèces différentes, avec une cinquantaine comestibles et une quinzaine de champignons mortelles. En effet, l’ingestion de champignons vénéneux peut conduire à des troubles digestifs sévères, des problèmes de foie pouvant conduire à une greffe, des troubles psychiques et même dans certains cas, la mort. Cela dit, le dernier cas d’intoxication remonte en août dans l’Yonne : cinq personnes hospitalisées après avoir ingéré des bolets Satan cueillis du côté de Villiers-Saint-Benoît…

Pour éviter ce genre d’accident, la prudence est de mise !

Pour la DGS et l’Anses, la meilleure solution est de rester prudente en ne cueillant que des spécimens bien connus et en bon état. En cas de doute, il faut demander l’avis d’un spécialiste dans un centre antipoison, un pharmacien ou une association de mycologie par exemple.

Dans l’idéal, cueillez la totalité du champignon (du pied au chapeau) pour faciliter l’identification. De les classer par espèces cueillies afin que des morceaux de champignons vénéneux ne se mélangent pas avec ceux qui sont comestibles et de prendre une photo de la cueillette pour aider les centres antipoison à identifier l’espèce en cas d’intoxication.

Identification des différentes espèces de champignon

Après la récolte, veillez également à bien vous laver les mains. Vous pourrez ensuite consommer les champignons au maximum deux jours après la cueillette lorsqu’ils sont conservés au réfrigérateur, idéalement en quantité raisonnable et après une bonne cuisson.

En cas d’intoxication, les symptômes apparaissent généralement 12 heures après la consommation. Il peut s’agir de diarrhée, nausées, vomissements, vertiges, tremblements, troubles de la vue, mais l’état du malade peut très vite s’aggraver. Aussi appelez immédiatement le centre antipoison en cas de doute !

Astuces pour la cueillette de champignon dans l’Yonne

Cet automne, vous pourrez peut-être avoir du mal à trouver des champignons comestibles dans les bois et forêts de l’Yonne parce que beaucoup de passionnés s’y mettent aussi. Il faut donc être patient et observateur, marcher doucement, profiter du paysage, regarder à ses pieds et commencer à ramasser.

Le râteau est déconseillé, car le mycélium peut en être affecté et les champignons risquent de ne plus réapparaître à la prochaine récolte. Evitez aussi d’en ramasser trop pour en laisser aux autres : juste ce que l’on mangera pour soi et pour sa famille !